Noël en Provence, 13 desserts obligés

Publié le par Marina BRISIGOTTI

Noël en Provence, 13 desserts obligésNoël en Provence, 13 desserts obligésNoël en Provence, 13 desserts obligés

Un mélange de cultures

La tradition du Noël en Provence est superbe, tout s'y mélange dans une harmonie parfaite.

Elle est composée de symboles, à la fois religieux bien sûr mais aussi païens qui remontent aux temps préhistoriques, là où les événements naturels étaient loués par les hommes, tels que les saisons, la météorologie, l'astronomie, etc..

Elle a l'accent de Mistral et Pagnol qui réchauffe le cœur et l'âme.

Quand on écoute "La Pastorale" d'Antoine Maurel, ou "La Pastorale des santons de Provence" d'Yvan Audouard, c'est fort plaisant... bien que cela semble peut probable aussi... c'est vrai qu'à Bethlehem ils n'avaient sûrement pas l'accent du midi... et le boumian, Mireille, le pistachier, Roustido et l'ange Boufareu ne renvoient pas forcément l'image du paysage originel.

Mais c'est ça qui plaît... le voyage parcouru du récit, du Moyen Orient jusqu'à Aubagne...

Noël prend tous les accents de là jusqu'où il est parvenu... alsacien, auvergnat, niçois, basque, savoyard, breton, berrichon... sans rien ne perdre... bien au contraire... c'est juste magique !

Des desserts pour trois jours

Un des éléments composant la tradition provençale, ce sont les fameux 13 desserts.

Sur la table du Réveillon de Noël, pour le repas du Gros Souper, (table recouverte de 3 nappes blanches superposées rappelant la Sainte Trinité), doivent se côtoyer 13 desserts, qui clôturent un repas dit maigre.

Ils représentent le Christ et ses apôtres lors de la Cène.

Bien qu'ils soient variables d'un village à l'autre, du Béarn au comté Niçois, en voici la liste et leur signification :

- la pompe à l'huile (fougasse à rompre comme le pain du Christ)

- les 4 mendiants (qui rappellent la couleur de la robe des ordres religieux) : les noisettes et les noix (Augustins), les figues sèches (Franciscains), les raisins secs (Dominicains), les amandes (Carmes).

NB : pour les Capucins, ils s'agit d'une figue farcie d'une noix.

- les nougats : blanc et noir (passage au solstice d'hiver mais aussi les pénitents)

- fruits frais (de saison) : oranges (ou mandarines, clémentines corses), poires, pommes, raisin, melon Verdau

- sucreries variables en fonction des spécificités des terroirs :

dattes (Orient - aliment rare donc de fête), abricots secs, pâte de coing, fruits confits (Apt), Calissons (Aix), Navettes et croquants (Marseille), pâte d'amande, tourte aux blettes (Nice), des oreillettes...

... et le tout arrosé de vin cuit.

Il faut savoir que "Les 13 desserts" ont été codifiés au XIXe siècle par le Félibrige, association de 7 poètes provençaux fondée par Frédéric Mistral en 1854.

Nougats blanc et noir, pompe à l'huile d'olive
Nougats blanc et noir, pompe à l'huile d'olive

Nougats blanc et noir, pompe à l'huile d'olive

Publié dans culture, recettes

Commenter cet article